GTM-MQ7V62M G-7VKMD97QLF
top of page
  • Writer's pictureEPI Secretariat

Dominique Gonçalves

Notre amie du mois de mai est Dominique Gonçalves, qui dirige le projet Elephant Ecology dans le parc national de Gorongosa, au Mozambique.

Dominique Gonçalves. Crédit photo: Wild Elements Foundation

Parlez-nous un peu de votre enfance et comment votre intérêt pour le monde de la Nature est apparu... et comment avez-vous lancé votre carrière dans les domaines de la zoologie et de la conservation ?

Je suis née et j’ai grandi dans la ville portuaire de Beira, au centre du Mozambique. J’ai grandi avec mes deux sœurs et mes parents, et j’ai toujours entendu mon père nous parler de ses expériences lorsqu’il travaillait dans l’industrie forestière. J’ai toujours eu un énorme intérêt pour le jardinage et les fleurs (cela vient probablement de ma mère). Mais ce n’est que lorsque j’étais en sixième, lorsqu’un de mes professeurs a apporté un magazine mettant en lumière le travail de Wangari Maathai, que j’ai trouvé mon inspiration dans les problèmes environnementaux. Elle a été mon plus grand modèle.


Cela m’a amené à étudier l’écologie et la conservation de la biodiversité terrestre à l’Université Eduardo Mondlane de Maputo. À partir de là, j’ai saisi toutes les opportunités pour rejoindre des projets de recherche en tant qu’assistante de terrain. Mon désir d’apprendre m’a conduit au parc national de Gorongosa, et j’ai suivi une formation en ornithologie aux États-Unis. C’est ainsi que j’ai été mise en contact avec [l’écologiste des éléphants] Joyce Poole, pour qui j’ai travaillé comme stagiaire. J’ai poursuivi mon Master en biologie de la conservation. Par la suite, j’ai lancé le projet Elephant Ecology à Gorongosa que je gère actuellement.

Parc national de Gorongosa. Crédit photo: Piotr Naskrecki

Gorongosa est un parc célèbre. Toutefois, son histoire n’est-elle pas tragique ?

Oui, le parc national de Gorongosa était autrefois l’un des plus grands parcs d’Afrique. Il a abrité certaines des populations d’animaux sauvages les plus denses d’Afrique. Mais les populations et les habitats furent décimés pendant la guerre civile jusqu’en 1992. En 2008, le gouvernement mozambicain a conclu un partenariat avec la Fondation Carr pour la gestion conjointe du parc. Ce lieu majestueux est aujourd’hui une réussite pour la conservation et la restauration, et il nous en apprend beaucoup sur la résilience. Le parc national de Gorongosa prouve que les systèmes socio-écologiques qui ont souffert de conflits peuvent être ravivés, si on leur donne du temps et un soutien.

Les éléphants de Gorongosa sont toujours nerveux. Crédit photo: Jean Paul Vermeulen

Comment se portent les éléphants aujourd’hui à Gorongosa ? Et quels sont les plus grands défis que vous voyez pour le futur ?

Les éléphants de Gorongosa se rétablissent bien. Nous avons aujourd’hui plus de 1 000 éléphants, ce qui représente une forte augmentation par rapport aux quelque 200 qui ont survécu aux 16 années de guerre. Dans cette population d’éléphants en rétablissement, cependant, nous pouvons encore voir les cicatrices du passé. Il y a un pourcentage élevé de femelles sans défenses. Et les éléphants peuvent être agressifs. Ils sont traumatisés et moins tolérants à la présence humaine. Leur peur est certainement justifiée. Cependant, Gorongosa est désormais un environnement très apprécié des chercheurs et des touristes, et redevient mondialement célèbre.


Je pense que les plus grands défis sont la perte d’habitat et les conflits homme-éléphant. Nous devons avancer prudemment là où vivent les populations et où vivent les éléphants. La coexistence entre les hommes et les éléphants est impérative et difficile. Nous devons reconnaître qu’ils ont tous deux besoin d’espace. La manière dont nous passons du conflit à la coexistence et dont nous intégrons l’aménagement du territoire pour satisfaire les besoins des deux espèces est délicate et cruciale. Des compromis seront nécessaires, et c’est un autre défi.

Éléphants de Gorongosa. Crédit photo: Jean Paul Vermeulen

Vous passez beaucoup de temps avec les communautés autour de Gorongosa. Comment décririez-vous leur attitude envers le parc ? Rencontrez-vous beaucoup de soutien, ou d’hostilité, envers ce que vous essayez de réaliser ?

Travailler dans un endroit avec un passé de dépossession coloniale et de conflit postcolonial, et de pauvreté, fait qu’il est inévitable que toutes les parties prenantes ne soient pas satisfaites. Il existe toute une gamme d’attitudes à la fois au sein des communautés et entre elles. Elles ont une éthique profondément enracinée de la conservation culturelle, mais elles ont également besoin de moyens de subsistance viables. Les conflits homme-faune sauvage compliquent les choses. Cependant, Gorongosa a un plan sur 30 ans pour être un moteur de développement humain, offrant un accès à l’emploi, à la santé et à l’éducation. Les revenus du tourisme et le développement durable sont certainement la voie à suivre pour s’assurer que les populations profitent des avantages de leur patrimoine naturel.

Paysage de Gorongosa. Crédit photo: Piotr Naskrecki

Le Mozambique est un grand et beau pays. Quel est votre endroit préféré pour vous détendre et vous relaxer ?

J’ai trois endroits préférés : à Gorongosa, c’est la forêt d’arbres à fièvre le long de la route 3, en regardant le coucher du Soleil, avec les arbres plongés dans la lumière dorée et le parfum de leurs fleurs flottant dans l’air. À Beira, mon endroit préféré est en fait chez moi, dans le quartier où je suis née et où j’ai grandi, avec mes sœurs et nos amis d’enfance, soit en mangeant des mangues vertes avec du sel, de la canne à sucre ou en cuisinant du manioc avec du lait de coco. Sinon, à Inhambane, chez la mère de ma meilleure amie près de la plage, entourée de poules, de canards et de porcelets.

La faune de Gorongosa. Crédit photo: Clive Dreyer

40 views

Comentarios


bottom of page