• The EPI Foundation

Ulysse Sinagabé Korogone

Nous sommes ravis de vous présenter un ami du mois de la République du Bénin, qui abrite la plus grande population d’éléphants d’Afrique de l’Ouest. Ulysse Sinagabé Korogone est le point focal du EPI au sein du Ministère Béninois de l’environnement et du développement durable.

Ulysse au nord de la République du Bénin

Avez-vous grandi à la campagne ou en ville? Avez-vous eu beaucoup de contact avec la nature en tant qu’enfant?

Je suis né à Porto-Novo dans la capitale politique du Bénin, mais j’ai grandis au Nord du pays dans la zone la plus riche en flore et en faune. Mon feu père Korogoné Yérima, enseignement mais très passionné de la vie sauvage, nous amenait toujours à passer nos vacances au village à Banikoara (périphérie du parc national du W) au contact de la nature.


Quand avez-vous développé une passion pour la conservation de la nature?

Ma passion pour la conservation de la nature s’est renforcée dès ma première année à la Faculté d’Agronomie où lors d’une sortie pédagogique dans le parc national du W j’ai été émerveillé par les actions de conservation menées et l’enthousiasme que démontrait le personnel qui y travaillait. Je me suis promis ce jour-là, de devenir un conservateur de la merveilleuse nature qui nous entoure.


Pouvez-vous nous donner une estimation approximative du nombre d'éléphants qui survivent au Bénin?

La population des éléphants est estimée à environ 1500 individus.


Malheureusement, nous savons qu'il y a eu des problèmes de sécurité dans les pays voisins proches des parcs nationaux de Pendjari et W. Quel impact cela a-t-il eu sur la conservation au Bénin?

Les questions de sécurités sont une préoccupation majeure. La nouvelle politique de l’Etat en matière de conservation met l’accent sur le renforcement des mesures sécuritaires à l’intérieur et dans la périphérie des aires protégées. Les risques sécuritaires demeurent mais n’émoussent en rien l’engagement des agents chargés de la lutte anti braconnage. Cependant on note une recrudescence des actes de braconnage et de trafic favorisés par l’absence des forces publiques à certains points à haut risque.


Quelle est la plus grande menace pour les éléphants au Bénin? Braconnage ou perte d’habitat?

Les deux causes évoquées sont les principales menaces pour les éléphants. La perte de l’habitat engendre de nombreux conflits homme-éléphant avec d’énormes dégâts matériels et humain et un dédain des communautés pour ces animaux emblématiques. Cependant, le braconnage demeure la plus grande menace pour les éléphants.


Etes-vous optimiste sur le fait que les générations futures en Bénin pourront voir des éléphants sauvages?

J’ai la ferme conviction que les éléphants ont encore de beaux jours au Bénin. Nous travaillerons sans relâche à les maintenir dans leur écosystème au profit des générations actuelles et futures.