GTM-MQ7V62M G-7VKMD97QLF
top of page
  • Writer's pictureEPI Secretariat

Vianet Djenguet

Notre ami du mois de mars est un cinéaste animalier primé de la République du Congo, Vianet Djenguet. Vianet présentera un film sur les éléphants du bassin du Congo lors d'un événement spécial de la Fondation EPI qui se déroulera en ligne le 22 mai.


Vianet Djenguet dans le Parc National de Nouabalé-Ndoki, République du Congo.

Vianet, parlez-nous de votre enfance et avez-vous été proche de la Nature ?

Je suis né à Brazzaville, la capitale de la République du Congo. J’ai grandi dans le centre-ville, avec mes parents et mes frères et sœurs. Mes grands-parents vivaient à proximité. Les grandes forêts tropicales au nord du Congo étaient éloignées, mais nous rendions parfois visite aux terres ancestrales de mon père, à la lisière des forêts. C’est mon oncle qui m’a emmené au zoo de Brazzaville, où j’ai pu voir mon premier éléphant de forêt.


Et comment vous êtes-vous retrouvé impliqué dans l’univers du cinéma ?

J’ai étudié la production de films et d’images animées et je voulais travailler dans le cinéma documentaire. J’ai toujours aimé utiliser des caméras mais il faut du temps pour s’imposer dans le monde du cinéma. C’était dans une série de la BBC intitulée Deadly Mission Madagascar où j’ai fait ma première apparition devant la caméra, lorsque mon rôle d’opérateur du son m’a donné l’opportunité de filmer également des timelapses.


Éléphants de forêt dans le parc national de Nouabalé-Ndoki.

Une grande partie de votre travail est axée sur le monde de la Nature. Vous considérez-vous plutôt comme un cinéaste ou comme un écologiste ?

Je me considère très bien comme un cinéaste. Les défenseurs de l’environnement sont des personnes qui consacrent souvent leur vie à la faune qu’ils étudient et protègent. Je voulais travailler dans des documentaires pour donner à ces personnes une voix qu’ils n’auraient peut-être pas autrement. Travailler dans le monde de la Nature m’a fait réaliser qu’il y a tellement d’autres voix qui ont besoin d’une plateforme : les animaux, les communautés vivant à proximité de la faune sauvage et les défenseurs de l’environnement.


Vous avez voyagé dans le monde entier. Mais je suppose que votre pays d’origine, le Congo, vous tient à cœur. Alors dites-nous ce qui le rend si spécial.

Environ 70 % du Congo est couvert de forêts, dont une partie est de la forêt primaire. Les systèmes hydrologiques qui traversent le Congo le rendent très spécial. Les immenses rivières en crue créent des zones marécageuses. Cela ressemble à un cauchemar pour certains, mais ceux-ci protègent en fait une grande partie des forêts et des espèces qui y vivent. Le Congo est un bastion pour les éléphants de forêt d’Afrique et les gorilles des plaines de l’ouest. Ce fut également le premier pays africain à adopter une loi protégeant les peuples autochtones, les peuples de la forêt qui vivent dans les forêts depuis aussi longtemps que l’Histoire s’en souvient.


Vianet dans le parc national de Nouabalé-Ndoki.

Le bassin du Congo – ses forêts, ses habitants et sa faune sauvage – est d’une importance capitale. Toutefois, il doit faire face à de nombreuses menaces. Selon vous, à quoi ressemblera cette région dans 50 ans ?

J’ai bon espoir que les forêts du bassin du Congo seront ce qu’elles sont aujourd’hui : intactes et luxuriantes. Je le crois parce que le Congo, aux côtés d’autres pays d’Afrique centrale comme le Gabon, la République centrafricaine et le Cameroun, appliquent de nouvelles lois et entretiennent des parcs pour protéger la vie sauvage. Les nouvelles générations sont incitées à valoriser l’environnement et la vie sauvage. Les médias mettent souvent en avant le négatif et le tragique, comme le braconnage. Mais lorsque vous visitez le bassin du Congo, vous réalisez combien de personnes travaillent dur pour protéger la faune et les forêts. Ces gens me donnent de l’espoir. Il y a des histoires de succès et d’espoir qui souvent ne figurent pas au premier plan dans les médias.


Plus de détails à venir sur l'événement du 22 mai sur les éléphants du bassin du Congo.


Vianet et son équipe dans le Parc National de Nouabalé-Ndoki.


82 views

Comments


bottom of page