• The EPI Foundation

Andrew Crichton

Notre ami du mois d’octobre est un nouveau membre de l’équipe de la Fondation EPI. Andrew Crichton, basé en Afrique du Sud, vient de prendre la tête des opérations.


Andrew dans la région du Grand Kruger, en Afrique du Sud.

Parlez-nous un peu de votre enfance et comment vous êtes-vous intéressé à la conservation ?

J’ai grandi entre le Zimbabwe et l’Afrique du Sud. Je viens d’une famille d’agriculteurs et nous avons passé beaucoup de temps dans les régions rurales du Zimbabwe. Le pays était vaste et intact quand j’étais enfant et je me souviens avoir dit à mes parents que je voulais vivre dans la brousse quand je serais grand. J’étais fasciné par la beauté du paysage. Cette passion a grandi au fur et à mesure que je visitais des aires protégées de classe mondiale en Afrique du Sud. Le Kruger, le Hluhluwe-iMfolozi, le Waterberg et plus encore. J’ai eu la chance d’être immergé dans ces lieux sauvages, avec leur faune, tout au long de mes années de formation, et cela m’a laissé une impression durable.


Vous avez passé du temps dans l’armée britannique… Cela a-t-il été une aide ou un obstacle pour s’orienter ensuite vers une carrière dans la conservation ?!

Mon temps en tant qu’officier supérieur fut fantastique. Cela m’a permis d’en apprendre beaucoup plus sur moi-même, les autres et le monde qui nous entoure. Les compétences acquises pendant cette période conviennent parfaitement à mon travail dans le secteur de la conservation. Les compétences en gestion de projet, les compétences relationnelles, le style de vie actif sont tous directement transférables. En effet, j’encourage fortement les anciens militaires à envisager une seconde carrière dans la brousse !


Quelle est selon vous la contribution unique que l’EPI peut apporter à la conservation des éléphants ?

En tant qu’alliance panafricaine d’États membres, l’EPI est idéalement placé pour protéger, conserver et gérer les éléphants dans tout leur habitat. Comme nous le savons, les éléphants (et d’autres espèces) ne reconnaissent pas et ne fonctionnent pas selon les barrières artificielles. Nous avons besoin d’approches transfrontalières pour sauver ces magnifiques animaux. L’EPI a déjà travaillé de cette manière, avec le déploiement de plans d’action nationaux pour les éléphants, notre système de gestion des stocks open source, les procédures opérationnelles normalisées pour la gestion de l’ivoire et d’autres produits issus de la faune sauvage et notre stratégie de gestion du conflit homme-éléphant récemment lancée.


Andrew dans le Kruger, Afrique du Sud.

Nous demandons souvent aux populations sur site quels sont les endroits les plus mémorables où elles voient la présence de la faune sauvage. Cette fois-ci, nous vous demandons quels sont les sites spéciaux pour voir des éléphants en Afrique que vous avez toujours rêvé de visiter, mais que vous n’avez pas encore eu la chance de voir ?

J’ai eu la chance de voyager à travers l’Afrique au cours de ma vie personnelle, militaire et pour la conservation. Cependant, malgré mes voyages en Afrique de l’Ouest et Centrale, je n’ai pas encore vu d’éléphant de forêt ! J’adorerais voir ces animaux, récemment identifiés comme une sous-espèce distincte et en danger critique d’extinction, dans leur milieu naturel. Je suis ravi que la Fondation EPI organise un événement spécial sur les éléphants de forêt, prévu pour janvier 2022, avec le soutien des politiciens et des écologistes clés de la région.


Vous résidez à Johannesburg. Si vous aviez un week-end pour sortir dans la brousse, quelle serait votre pause parfaite ?

Le paradis du bushveld dans le paysage du Grand Kruger n’est qu’à 5 heures de route (en termes sud-africains !). J’essaie de m’y rendre plusieurs fois par an. C’est l’endroit idéal pour se détendre et regarder les éléphants passer pendant que vous prenez votre café du matin ou allumez le braai (le barbecue des Afrikaners) en soirée.