• The EPI Foundation

Dr Susan Canney

Notre amie EPI du mois de mars est le Dr Susan Canney, directrice du Mali Elephant Project, qui s’emploie à sauver l’une des populations d’éléphants les plus menacées et les plus isolées d’Afrique.


Dr Susan Canney prenant des notes sur le terrain au Salakpra Wildlife Sanctuary en Thaïlande.

Votre carrière de zoologiste n’a pas seulement impliqué l’étude des éléphants d’Afrique, mais aussi une variété d’autres animaux : éléphants d’Asie, loups, lions, chiens sauvages. Comment avez-vous débuté votre carrière et avez-vous toujours voulu travailler dans la conservation ?

J’ai toujours été curieuse du monde et de ses créatures, et j’ai eu le cœur brisé par sa destruction. Après un diplôme en sciences naturelles au Royaume-Uni, j’ai commencé comme assistante de recherche dans le Serengeti, en Tanzanie. J’ai vite réalisé que j’aurais besoin d’en savoir plus sur les moteurs humains à l’origine de cette destruction et j’ai donc suivi un chemin alambiqué et récursif à travers la science, la conservation, la planification et la politique.


Vous travaillez en étroite collaboration avec les éléphants du Mali depuis plusieurs années maintenant, dans le cadre du Mali Elephant Project. Pour ceux qui ne connaissent pas les éléphants du Mali, pouvez-vous nous dire pourquoi ils sont intéressants et inhabituels ?

Il s’agit d’une population résiduelle isolée d’environ 275 éléphants « adaptés au désert » qui ont réussi à survivre grâce à une migration annuelle sur une vaste zone. En 2003, il m’a été proposé le merveilleux projet d’essayer de comprendre la migration avec les données des colliers GPS recueillies par Save the Elephants. Après avoir compris certains aspects des menaces imminentes, j’ai senti que je devais essayer de faire quelque chose pour empêcher leur disparition.


Pouvez-vous nous expliquer quelles sont ces menaces ? Je sais par exemple que vous n’êtes plus en mesure de vous déplacer en toute sécurité dans la région où se trouvent les éléphants. Cela doit vous être très frustrant ?

Depuis 2012, la plus grande menace est l’anarchie (le braconnage), les conflits et l’insurrection. 178 éléphants ont été perdus, la grande majorité d’entre eux en 2015-16, avant que nous puissions créer une unité gouvernementale anti-braconnage. Le conflit a également déplacé les éléphants vers des régions plus peuplées inadaptées aux éléphants. Nous avons adapté notre façon de travailler avec les communautés locales et soutenu la promotion de la coexistence homme-éléphant tout en améliorant les moyens de subsistance. Heureusement, j’ai une équipe de terrain incroyable. Mais oui, c’est extrêmement frustrant de ne pas pouvoir se rendre sur le terrain par moi-même.

Un troupeau d'éléphants au Mali. Crédit photo : Carlton Ward Junior.

Nous savons que vous avez également effectué d’autres études sur les éléphants dans d’autres pays. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Dans les années 2000, j’ai travaillé sur des scénarios de planification d’une « aire de répartition gérée des éléphants » à Sumatra et sur la compréhension des défis auxquels est confrontée la conservation des éléphants en Asie. Être témoin des « forêts vides » et de la réduction de l’habitat des éléphants à de très petits îlots sous la pression du nombre et de l’activité des hommes en Asie était assez choquant. Cela a montré l’importance de créer des espaces pour la faune sauvage avant que le conflit ne devienne trop intense.


La pandémie est une période difficile pour les défenseurs de l’environnement et les scientifiques qui veulent voyager et voir ce qui se passe réellement sur le terrain… Comment avez-vous fait face au cours de ces deux dernières années ?

Nous avons la chance que notre modèle ne repose pas sur le tourisme et nous sommes habitués à un environnement de travail dynamique. Je suis en communication quotidienne avec l’équipe malienne et le travail se poursuit. De plus, j’ai pu voyager au Mali tout au long de 2021, tout en prenant toutes les précautions nécessaires contre le coronavirus.

Un bébé éléphant marchant avec sa mère au Mali. Crédit photo : Carlton Ward Junior.