• The EPI Foundation

Laila Johnson-Salami

Notre amie du mois est Laila Johnson-Salami, une journaliste du Nigeria qui a récemment réalisé une série de films sur les problèmes environnementaux dans ce pays, notamment la crise de la conservation des éléphants.

De gauche à droite : Laila Johnson-Salami dans l'État de Cross River, au sud-est du Nigeria ; Laila à Iyake Mountain dans le sud-ouest du Nigeria.


Parlez-nous un peu de votre enfance, et plus précisément comment vous en êtes venue à vous intéresser à la conservation et à l’environnement ?

J’ai grandi à Ibadan, dans l’état d’Oyo, au Nigeria. C’est beaucoup plus calme et plus vert que Lagos. Les week-ends se passaient dans des espaces verts, avec des oiseaux et des arbres. Mes parents nous ont toujours encouragé, mon frère et moi, à passer du temps à l’extérieur. J’ai toujours aimé les animaux. Nous avons grandi avec des chiens, mais la vie sauvage me fascinait. Surtout les primates. Cependant, je suis devenue plus intéressée par la conservation et l’environnement en vieillissant. Voir moins d’espaces verts, une pollution généralisée et des taux élevés de déforestation au Nigeria m’a vraiment préoccupé. Je vis à Lagos et l’expérience des inondations annuelles intenses qui continuent de s’aggraver avec le changement climatique, respirer de l’air pollué et avoir très peu d’espaces verts dans la ville alimentent ma passion pour la conservation et la protection de l’environnement. Il est difficile d’ignorer le fait que l’environnement se dégrade lorsque vous en vivez les effets.


Vous faites des reportages télévisés au Nigeria sur le commerce illégal d’espèces sauvages, la déforestation et le sort des éléphants du Nigeria. Comment sont-ils accueillis par vos compatriotes ?

Ils sont très bien accueillis ! Arise News et WildAid se sont associés pour une série sur la conservation de la faune sauvage en 2021 que j’ai produite et présentée. Il y a souvent cette perception que les Nigérians ne se soucient pas de la vie sauvage et de l’environnement, mais je ne pense pas que ce soit vrai du tout. Des rangers protégeant nos forêts aux défenseurs de l’environnement qui travaillent 24h/24 pour protéger notre faune sauvage, en passant par nos chercheurs, les Nigérians s’en soucient. J’ai remarqué qu’avec la plupart des épisodes de Go Wild, de nombreux téléspectateurs ignoraient bon nombre des problèmes que nous abordons. Qu’il s’agisse de ne pas savoir que nous avons des singes drill au Nigeria ou de ne pas avoir connaissance des milliards de dollars que les criminels génèrent avec nos forêts, ce n’est pas que les Nigérians s’en moquent, c’est simplement que certaines personnes ne sont pas assez informées et une fois qu’elles le sont, elles nous soutiennent !


Votre récent film sur la situation précaire des éléphants du Nigeria vous a-t-il laissé découragée ou pleine d’espoir quant à leur avenir ?

Un peu des deux. Pleine d’espoir parce que nous avons de grands défenseurs de l’environnement qui font de leur mieux pour protéger les derniers éléphants du Nigeria. Découragée parce qu’il nous reste très peu d’éléphants au Nigeria et qu’ils pourraient disparaître. Dans les forêts de l’état d’Ogun où vivent des éléphants de forêt, nous devons développer des sanctuaires d’éléphants pour mettre fin au conflit homme-éléphant et protéger les forêts. L’exploitation forestière illégale est répandue, ce qui détruit l’habitat des éléphants et les rend plus vulnérables. Dans nos parcs nationaux et nos réserves de gibier, nous avons besoin de plus d’investissements et de volonté politique pour mieux protéger les éléphants et les autres espèces sauvages. Nous avons également besoin d’une application plus stricte des lois sur la vie sauvage, car il serait déchirant de voir les éléphants disparaître du Nigeria.

Laila au Sanctuaire de faune Green Fingers à Lagos.

Le Nigeria n’est pas vraiment connu pour sa faune sauvage et ses parcs nationaux. Pouvez-vous nous parler de certains de vos sites préférés et préservés du pays ?

Je dirais les dernières parcelles forestières survivantes sur le plateau de Mambilla dans l’état nord-est de Taraba. Le plateau de Mambilla est à couper le souffle. Premièrement, parce que c’est très beau. Toutefois, la déforestation a transformé la région en un désert semi-aride. Vous devez donc littéralement lutter pour respirer. Il ne reste pratiquement plus de terres arables et les forêts sont complètement détruites. S’il est restauré et protégé, je crois que le plateau de Mambilla sera l’un des plus beaux endroits du monde, comme on m’a dit qu’il l’était il y a environ un demi-siècle.

Le lac Iyake dans l’état d’Oyo est également un endroit magnifique avec un lac suspendu au sommet d’une montagne. Des tortues seraient présentes dans le lac, même si je n’en ai pas vu lors de ma visite il y a quelques mois (le lac était en très mauvais état). Des singes sont également présents sur la montagne. Mais ils ne sont pas protégés et sont malheureusement chassés régulièrement. C’est un endroit magnifique avec de superbes panoramas sur l’état d’Oyo. Comme le plateau de Mambilla, il recèle beaucoup de potentiel.

Le Nigeria est un si beau pays, nous devons restaurer notre environnement.


Sentez-vous que les jeunes Nigérians - vos contemporains - partagent votre passion pour la conservation, ou se préoccupent-ils davantage d’autres problèmes ?

Je pense que la plupart des jeunes d’aujourd'hui sont préoccupés par la survie, et la conservation en fait partie. Oui, nous avons besoin de plus de voix pour plaider en faveur de la conservation de la faune sauvage au Nigeria, mais nous avons tous nos batailles. J’ai rencontré plusieurs jeunes défenseurs de l’environnement qui font un travail phénoménal qui m’inspire réellement. Les jeunes vivent également les effets du changement climatique partout dans le Monde. Donc je sens qu’il y a beaucoup de passion pour la conservation.


Enfin Laila, où vous voyez-vous dans 10 ans ?

Probablement en train de faire de la recherche pour mon doctorat. Aucune idée du sujet pour l’instant. Du moins c’est ce que je ressens pour le moment, les choses peuvent changer. Je suppose qu’en tant que journaliste, une grande partie de ma carrière tourne déjà autour de la recherche. Cela me donne beaucoup d’objectifs car la recherche ne cesse de se développer et de sauver notre monde.


Pour voir le récent film de Laila sur les éléphants nigérians pour Arise News, cliquez ici.


Laila Johnson-Salami (au milieu) dans l'État de Cross River, au sud-est du Nigéria.