• The EPI Foundation

Lona Gore

Notre amie du mois est Lona Gore, du Soudan du Sud. Lona travaille pour le ministère de l’Environnement, de la conservation de la faune et du tourisme à Juba, où elle est directrice des accords multilatéraux sur l’environnement.


Lona Gore dans le parc national de Nimule, au Soudan du Sud.

Votre carrière a-t-elle toujours été axée sur la conservation de la Nature ?

J’ai obtenu mon diplôme en sciences de la faune à l’Université de Juba, puis j’ai travaillé au ministère de l’Environnement, de la conservation de la faune et du tourisme en tant qu’assistante de recherche. Après deux années, j’ai suivi une maîtrise en gestion de la faune à l’Université Moi à Eldoret, au Kenya. Alors oui, mon objectif de carrière est la conservation.


Avez-vous été confrontée à des défis particuliers en tant que femme pour atteindre un niveau supérieur dans la conservation ? Avez-vous des conseils à donner aux femmes qui veulent suivre vos pas ?

En travaillant dans une institution gouvernementale telle que le Wildlife Service, où les hommes sont majoritaires dans les rangs supérieurs, on aurait pu s’attendre à de nombreux défis, tels que le harcèlement. Mais heureusement, j’ai eu des mentors, des patrons et des collègues qui ont encouragé, respecté et valorisé ma contribution et mon potentiel. Ils m’ont donné de l’espace, m’ont impliqué dans la prise de décision et m’ont permis de m’élever aussi haut.

Au Soudan du Sud, peu de femmes sont qualifiées dans le domaine de la conservation de la nature, mais j’encourage les autres à se joindre à nous. Si vous êtes passionnée, vous trouverez des collègues prêts à vous soutenir et à vous guider tout au long de votre parcours.


Éléphants dans le parc national de Nimule, Soudan du Sud.

Quelles informations pouvez-vous nous donner sur le nombre d’éléphants au Soudan du Sud et la situation sur le terrain ?

Selon le dernier relevé aérien réalisé par la Wildlife Conservation Society (WCS) et le ministère de l’Environnement, de la conservation de la faune et du tourisme en 2016, qui couvrait cinq parcs nationaux, le nombre minimal estimé était de 730 éléphants. Cependant, nous n’avons pas pu atteindre près de 50 % des zones fauniques importantes en raison de l’insécurité. Il ne s’agissait donc pas d’une évaluation complète.


Le Soudan du Sud pourrait-il un jour avoir une économie viable du tourisme faunique ? Que souhaiteriez-vous faire connaître au reste du monde sur les parcs nationaux du Soudan du Sud ?

Oui, avec une paix relative, le Soudan du Sud aura un jour une économie touristique viable, compte tenu de sa faune et de sa flore diversifiées. Le Soudan du Sud compte 18 aires protégées pour la faune (6 parcs nationaux et 12 réserves de gibier). Au total, les zones protégées du Soudan du Sud représentent environ 13 % de la surface terrestre. Nous accueillons des espèces d’importance mondiale telles que les éléphants, les girafes, les lions, les guépards, les pangolins, etc., et la deuxième plus grande migration terrestre au monde, celle des antilopes Tiang et Cobe de Buffon à oreilles blanches.


Lona et son équipe sur le Nil au Soudan du Sud.

La population du Soudan du Sud a traversé tant de défis au cours des dernières décennies. Devez-vous lutter pour convaincre les individus de l’importance de la conservation de la Nature ? Les communautés sud-soudanaises vivant dans et autour des aires protégées. Elles dépendent des ressources naturelles pour leur subsistance (plantes médicinales et pour l’alimentation), et leurs cultures mettent l’accent sur la protection des espèces végétales ou animales. Les convaincre de l’importance de la conservation de la Nature ne pose PAS de difficulté. Par ailleurs, si nous pouvons fournir des moyens de subsistance alternatifs et des activités génératrices de revenus, nous pouvons amener les populations à ne plus dépendre totalement de la Nature. Enfin, Lona, dites-nous quelle est votre journée idéale de détente loin du bureau ? Je trouve toujours le temps de parler à des collègues œuvrant pour une organisation de conservation et partager des expériences. En outre, en tant qu’épouse et mère, je prends soin de ma famille.