• The EPI Foundation

Lynn Clifford

Notre amie du mois de février est Lynn Clifford – Responsable terrain au Wildlife Action Group, Malawi


Qui ou quoi vous a inspiré pour travailler dans la conservation ?

Ayant grandi en Irlande, l’Afrique était un univers qui captait mon imagination et je rêvais d’y travailler. J’ai ensuite commencé à lire sur les « Leakey’s Angels » – Jane Goodall, Dian Fossey et Birutė Galdikas. Je voulais être comme elles quand je serais grande, vivre dans la brousse et protéger la faune. Les rêves deviennent réalité.


Pourquoi le Malawi ? Comment en êtes-vous venue à travailler ici ?

À la recherche d’un nouveau défi après avoir travaillé au Cameroun avec des chimpanzés orphelins, j’ai vu une annonce pour un emploi au Malawi. J’avais visité le Malawi en 2001 et je savais qu’il était possible de faire la différence. Les forêts subissaient de fortes pressions dues à la déforestation et la faune était presque menacée d’extinction, y compris les quelques éléphants restants. Je travaillais avec le Wildlife Action Group qui gérait deux réserves forestières avec seulement une quarantaine d’éléphants survivants. J’ai postulé – et obtenu le poste de responsable.


Après quelques années, nous avons réussi à renverser la situation et nous constatons maintenant une réduction de la déforestation et du braconnage. Nous avons une équipe anti-braconnage professionnelle et motivée, les populations d’animaux sauvages augmentent, y compris la population d’éléphants, et nous avons assisté à une diminution de 96 % du conflit homme-éléphant. La dernière fois que nous avons perdu un éléphant à cause du braconnage remonte à deux ans.


Il s’agit d’une diminution impressionnante du conflit homme-faune. Quelle a été votre approche ?

Nous avons travaillé de A à Z en créant une prise de conscience au niveau du village et dans les écoles, notamment en déployant une équipe d’intervention rapide en cas d’évasion d’éléphants. En 2013, nous avons commencé à ériger une clôture pour éléphants à énergie solaire, à placer des ruches le long de celle-ci, et à former et à employer des membres de la communauté locale pour construire et entretenir la clôture. Cela a autonomisé les communautés, fournit des revenus grâce à la vente de miel et signifie qu’elles sont responsables et impliquées dans la conservation et la sécurité personnelle et alimentaire dans leurs régions. Cela a créé des liens solides en collaborant côte à côte, profitant ainsi aux deux parties.


Quelles sont les autres menaces vis-à-vis de la faune sauvage dans la forêt ?

Les plus grandes menaces sont le commerce illégal d’espèces sauvages, la destruction de l’habitat et le manque de corridors d’interconnexion qui permettraient aux populations d’espèces sauvages de croître. Ce sont des problèmes graves et imminents et ils nécessitent des interventions de gestion de la conservation qui peuvent être délicates à mener.


En 2016, le Malawi a déplacé 500 éléphants du sud vers le nord où ils auraient plus d’espace. Pensez-vous que ce modèle pourrait être utilisé plus largement en Afrique, y compris au-delà des frontières nationales ?

Le déplacement des 500 éléphants a été une réussite et un succès incroyables au Malawi. Cependant, lorsque nous recherchons des solutions aux défis de conservation, nous devons considérer les implications des actions. Chaque domaine est unique avec ses propres défis. Les autres facteurs à considérer sont le terrain, les coûts, l’expertise disponible et les espèces impliquées. Nous devons donc continuer à rechercher et à utiliser plusieurs modèles. Il faut toujours être prudent en interférant avec la nature : ce que nous faisons aujourd’hui peut avoir des effets positifs et négatifs sur la survie future de la faune et de ses habitats.


Dans quelle mesure les jeunes du Malawi sont-ils impliqués dans la question de la conservation ?

Le gouvernement du Malawi et les partenaires de la conservation dans le pays travaillent main dans la main pour sensibiliser à la conservation par le biais de la radio, de la télévision et d’initiatives locales telles que les clubs scolaires de la faune. C’est un succès et les jeunes sont intéressés et fiers de la faune sauvage du Malawi. Ils commencent à voir les avantages de la conservation à travers la création d’emplois dans le tourisme, ce qui contribue à stimuler la croissance économique du pays. Cependant, il reste encore beaucoup à faire sur ce front.

Connect with the EPI

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • Instagram - White Circle
  • YouTube - White Circle

Subscribe to the EPI Newsletter

The EPI is an inter-governmental initiative supported by the Elephant Protection Initiative Foundation, by acting as its secretariat. 
The EPI Foundation is a UK Registered Charity- No. 1182805. UK Registered Company No. 11594608. The EPI Foundation is supported by Stop Ivory Inc - US registered non-profit organization, tax exempt under Section 501(c)(3) of the US Internal Revenue Code, No. 81-2283286- and Conservation International: Registered as a 501(c)(3) organisation, No. 52-1497470. 2011 Crystal Drive, Suite 500, Arlington, VA 22202

© 2019 by Elephant Protection Initiative.