• The EPI Foundation

Miles Zidana

Notre ami du mois de janvier est Miles Zidana, Chef des enquêtes au Département des parcs nationaux et de la faune (DNPW) du Malawi.


Dans quelle mesure vous sentez-vous confiant quant à l’avenir des éléphants du Malawi ?

Je suis confiant car nous appliquons des sanctions plus sévères pour les violations des lois sur les espèces sauvages et nous avons amélioré la collaboration avec d’autres organisations en charge de l’application des lois dans la lutte contre le commerce illégal des espèces sauvages.


On entend beaucoup ces jours-ci parler du conflit homme-éléphant. Bien sûr, c’est un problème très difficile à résoudre, mais, d’après votre expérience, quels sont les moyens efficaces afin de l’atténuer ?

Les clôtures métalliques, qu’elles soient à énergie solaire ou grillagées, contribuent à éloigner des personnes et de leurs biens les animaux qui posent des problèmes. La clôture doit être complétée par des programmes de sensibilisation. Mais nous devons également planifier à l’avance, en plantant des cultures et en gardant le bétail dans des zones moins accessibles aux éléphants qui posent des problèmes.


Remontons le temps. Où avez-vous grandi et comment vous êtes-vous intéressé à la conservation de la nature ?

Je suis né et j’ai grandi dans une petite ville appelée Mangochi sur le lac Malawi. Mon père était un agent forestier qui vivait et travaillait dans des régions éloignées. C’est ainsi que je me suis intéressé à la conservation. Mon père avait également des amis dans le domaine de la conservation, ce qui m'a aidé lorsque j’ai recherché un emploi. Personnellement, j’apprécie la vie dans la brousse.


Pour vous, quelles sont les vacances parfaites ?

J’aime nager dans le lac Malawi avec les enfants de mes sœurs. Et j’aime emmener ma petite famille aller voir les éléphants.


2020 fut une année très difficile pour de nombreuses personnes. Pouvez-vous nous donner une raison d’être plus optimiste pour 2021 ?

Oui, en effet, il a été difficile de mener des actions d’application de la loi en 2020 en raison de l’épidémie de Covid 19. Là où la pandémie se poursuit en Afrique, nous pouvons voir des populations d’éléphants affectées négativement par le braconnage. Mais je pense que les choses reviendront à la normale en 2021.


Miles avec sa famille au lac Malawi