• The EPI Foundation

Moses Lesoloyia

Notre ami du mois de Juin est Moses Lesoloyia, originaire du nord du Kenya. Moses est responsable de projet pour le Milgis Trust, qui s'efforce d'améliorer le bien-être des Samburu et d'autres peuples nomades, ainsi que de préserver la nature dans un paysage spectaculaire mais fragile. Moses figure dans un film spécial sur le nord du Kenya que nous présenterons lors d'un événement en ligne le 6 juillet, sur les défis de la conservation des éléphants et du changement climatique.


Moses (à gauche) dirige une équipe de l'autre côté de la rivière Milgis, dans le nord du Kenya.

Parlez-nous un peu de votre enfance. Viviez-vous une vie Samburu très traditionnelle, ou vos premières années ont-elles été très influencées par le monde moderne ?

Dans mes premières années, j'ai vécu une vie purement traditionnelle samburu. Je suis allé à l'école à l'âge de 10 ans et j'avais déjà suivi toutes les formations et apprentissages d'un enfant Samburu. Je gardais le bétail de la famille, je me perçais les lobes d'oreilles, je m'arrachais les deux dents inférieures de devant - sans anesthésie ! Ces activités, ainsi que divers jeux, avaient pour but de développer notre endurance et de nous endurcir. J'ai tout appris sur les traditions, les normes, les tabous, etc. des Samburu.


Comment diriez-vous que la vie a changé, en bien ou en mal, pour le peuple Samburu au cours de votre vie ?

La vie a changé à la fois en bien et en mal. Il y a eu de nombreuses améliorations en termes de soins, d'éducation et de sécurité alimentaire. Auparavant, de nombreuses personnes mouraient à cause du manque de soins, de services et d'éducation. Les Samburu dépendaient entièrement de leur bétail pour se nourrir et lorsque la productivité était faible, les gens mouraient de faim. Aujourd'hui, nous avons d'autres sources de nourriture. Nous avons des magasins, et nous avons un plus grand choix de vêtements.

Mais d'un autre côté, la modernisation a entraîné une érosion du tissu social qui faisait la cohésion de notre société. Les gens n'accordent plus d'importance aux autres mais ne pensent qu'à eux-mêmes. Dans le même temps, l'amélioration des soins a entraîné une augmentation de la population, ce qui entraîne une concurrence pour les ressources, l'espace, l'eau et d'autres services. Cela a provoqué des conflits entre les gens, et entre les gens et la faune, et beaucoup d'animosité.


Les Samburu ont toujours vécu dans une région riche en faune sauvage. Pensez-vous que leur attitude envers la faune sauvage a changé au fil des ans ?

Il y a quinze ans, j'aurais dit "oui". Le gouvernement avait créé l'idée que toute la faune sauvage lui appartenait, par le biais du Kenya Wildlife Service (KWS). En conséquence, les gens ne prenaient pas soin de la faune et la tuaient avec des fusils et du poison. Ils avaient l'impression que le gouvernement se préoccupait davantage de la faune sauvage que des humains, ce qui a suscité de vives réactions. En fait, notre dernier rhinocéros sauvage a été abattu par un homme troublé à Keno Samburu, juste pour contrarier le gouvernement. Mais aujourd'hui, notre relation avec la faune sauvage s'est améliorée, grâce aux énormes efforts des organisations de conservation. Les gens sont heureux de vivre avec la faune sauvage, et de construire des puits pour elle dans leurs régions.


Un troupeau d'éléphants dans le nord du Kenya.

Vous travaillez avec le Milgis Trust, pour améliorer la vie des Samburu et protéger l'environnement. Quel est l'aspect le plus agréable de votre travail ?

Les réunions communautaires où nous parlons et discutons de la conservation, des nouvelles méthodes et des méthodes traditionnelles. J'interagis avec de nombreuses personnes, jeunes et moins jeunes, et j'acquiers beaucoup de connaissances précieuses sur le monde moderne et le monde traditionnel des Samburu.


Le nord du Kenya et la Corne de l'Afrique connaissent actuellement une très grave sécheresse. Quel a été l'impact sur les Samburu ?

Les Samburu ont perdu un grand nombre de têtes de bétail. Cela cause beaucoup de stress et les enfants abandonnent l'école par manque de frais de scolarité. La sécheresse a exposé les Samburu à la faim, ce qui les a poussés à se livrer à des activités illégales comme le braconnage, l'exploitation forestière et la combustion de charbon de bois, malgré les tabous culturels qui entourent ces pratiques. La sécheresse a entraîné une recrudescence des vols de bétail chez nos voisins, les Turkana et les Borana.


Vous devez avoir beaucoup voyagé dans les paysages spectaculaires du nord du Kenya. Pouvez-vous dire aux personnes qui ne les connaissent pas pourquoi elles doivent venir les visiter ?

Le nord du Kenya est encore intact. De nombreux endroits sont encore immaculés, avec des peuples magnifiques comme les Samburu et les Rendille qui vivent encore selon un mode de vie traditionnel. De nombreux endroits sont isolés et exempts des inconvénients du monde moderne : pas de routes, pas de signal téléphonique ni de bruit. En fait, le seul bruit est le chant des oiseaux, le rugissement d'un lion, la trompette d'un éléphant ou le chant d'un Samburu.