• The EPI Foundation

Sam Shaba

Notre ami EPI du mois d’avril est Sam Shaba, qui travaille avec Honeyguide, en charge de la promotion de la conservation communautaire en Tanzanie. Sam est le responsable des programmes.


Sam Shaba fait une formation communautaire dans la zone de gestion de la faune de Makame (WMA) près du parc national du Serengeti.

Pouvez-vous nous dire comment vous avez commencé à vous intéresser à la conservation et ce qui vous a amené à rejoindre Honeyguide ?

Je suis arrivé dans la conservation par accident. Ayant grandi à Mbeya, sur les plateaux du sud de la Tanzanie, on n’y entendait pas beaucoup parler de la faune sauvage ou de la conservation en tant que carrière. Mes parents voulaient que je sois médecin. Alors j’ai étudié la biologie au lycée. Malheureusement, je n’avais pas d’assez bonnes notes pour un cursus en médecine et j’ai finalement été accepté pour étudier la gestion de la faune sauvage. Pendant mes études universitaires, je me suis intéressé à l’application de la technologie à la conservation. Après l’obtention de mon diplôme, j’ai opté pour un poste d’agent SIG (Système d’Information Géographique) et de cartographie chez Honeyguide. En 2014, j’ai postulé, obtenu le poste et depuis, j’ai occupé divers postes au sein de Honeyguide.


Sam observant des éléphants à l'intérieur de la zone de gestion de la faune de Randilen, l'une des zones de projet de Honeyguide.

Pouvez-vous nous expliquer quelle est exactement la philosophie de Honeyguide et ce que vous souhaitez réaliser dans le nord de la Tanzanie ?

Chez Honeyguide, notre philosophie est que les communautés locales vivant à côté des aires protégées doivent être des acteurs actifs (et non passifs) dans la gestion des ressources naturelles pour que la conservation réussisse et soit durable. Nous concentrons notre énergie sur le développement d’une gouvernance et d’une gestion solides, robustes et capables des aires de gestion de la faune sauvage (WMA). Nous avons mené quelques tests pilotes réussis dans le nord de la Tanzanie et nous espérons étendre le modèle ailleurs dans le pays.


La Tanzanie est célèbre pour ses parcs nationaux… Alors, dites-nous pourquoi, du point de vue de la conservation de la faune sauvage, nous devons également nous préoccuper des paysages environnants ?

Nos parcs nationaux ne sont pas entourés de clôtures. Les études ont montré que plus de 60 % de la faune sauvage en Tanzanie erre à l’extérieur des parcs nationaux appartenant à l’État, sur des terres communautaires, à la recherche de pâturages et de lieux de reproduction. Ces terres communautaires sont des zones de dispersion critiques et des couloirs migratoires entre les parcs nationaux. Nos parcs nationaux à eux seuls ne sont pas assez vastes pour contenir l’ensemble de notre faune sauvage. Pourtant, les habitants des zones environnantes sont censés protéger et coexister avec la faune sauvage. Mais ils n’en tirent pas toujours de bénéfices. De nombreuses personnes subissent les coûts économiques de la vie à proximité de la faune sauvage avec les pillages de cultures et les attaques de bétail. Du point de vue de la conservation de la faune sauvage, les terres communautaires entourant les parcs nationaux et les personnes qui y vivent sont essentielles à l’existence à long terme de la faune sauvage en Tanzanie. Par conséquent, nous devons nous concentrer sur ces terres et ces communautés, en veillant à ce que la faune sauvage et les populations puissent bénéficier les uns des autres.


Des éléphants buvant à un point d'eau se cachent à l'intérieur de Randilen WMA.

Vous avez une grande expérience dans l’observation de la coexistence entre la faune sauvage et le pastoralisme. Peuvent-ils vivre en harmonie ou entrent-ils inévitablement en conflit ?

La faune sauvage et le pastoralisme peuvent vivre en harmonie. Ils ont une relation d’interdépendance où la faune sauvage dépend des populations pour partager leurs terres, et en retour, la faune sauvage contribue à réguler les pâturages et offre des opportunités économiques telles que l’écotourisme. Tandis que la faune sauvage peut causer des pertes financières aux éleveurs en raison de la prédation du bétail, elle présente également une opportunité économique compétitive. La clé est de s’assurer que les bénéfices (à la fois tangibles et intangibles) l’emportent sur les coûts pour les communautés locales afin de les motiver à reconnaître la valeur de la faune sauvage et à la protéger.


Nous parlons beaucoup d’une augmentation des conflits homme-éléphant dans toute l’Afrique. D’après votre expérience, est-ce en augmentation dans les régions où s’implique Honeyguide, et si oui, pourquoi ?

Dans toute l’Afrique, il y a certainement une augmentation des incidents avec des éléphants qui attaquent les fermes, effraient les populations dans les villages et errent loin des aires protégées vers des endroits où ils ne sont pas allés depuis longtemps. Par conséquent, il y a également une augmentation des tueries d’éléphants en représailles. Par exemple, dans le nord de la Tanzanie, il y a probablement plus d’éléphants tués en représailles que du fait du braconnage. Dans les régions où Honeyguide s’implique, nous avons connu une augmentation des incidents de pillage des cultures au cours des deux dernières années. Il est possible que nous soyons victimes de notre propre succès. Étant donné que les efforts de protection dans les régions où nous travaillons ont été couronnés de succès, la population d’éléphants a augmenté et les éléphants se sentent plus en sécurité lorsqu’ils errent sur les terres communautaires, ce qui entraîne davantage d’incidents de pillage des cultures. Cependant, dans les régions où travaille Honeyguide, les initiatives d’atténuation des conflits homme-éléphant ont réussi à réduire les dommages causés par la faune sauvage aux cultures de plus de 90 % grâce à toute une gamme de boîtes à outils innovantes pour la protection des cultures. Au cours des 5 dernières années, il n’y a eu aucune tuerie en représailles dans ces espaces.


Enfin, parlez-nous de vos espoirs et aspirations pour la région où s’implique Honeyguide. Que définiriez-vous comme succès ?

J’espère que la conservation en tant qu’activité professionnelle est comprise et continuera d’avoir un sens pour les personnes en première ligne. Je souhaite voir un environnement où les populations et la faune sauvage profitent de l’existence de l’autre pour les générations

à venir.

Là où Honeyguide est actif, nous aspirons à réaliser une conservation durable écologique, sociale et financière dirigée par la communauté. Pour nous, le succès est atteint lorsque : 1) l’aire de gestion de la faune sauvage (WMA) génère suffisamment de revenus pour couvrir les dépenses opérationnelles sans dépendre du financement des donateurs. 2) les ressources sont bien protégées et sont utilisées d’une manière qui ne menace pas la viabilité écologique ; et 3) les personnes qui détiennent la WMA connaissent sa valeur.

Nous nous engageons à développer une méthodologie, des outils et des exemples d’aires de conservation communautaires réussies, fonctionnelles et résilientes qui sont durables sur ces trois fronts.

Une fois qu’elles ont atteint cet état de développement durable, notre travail est terminé.


Sam forme les membres de la communauté sur la bonne gouvernance dans la WMA de Burunge.