• The EPI Foundation

Sheila Nana Akua Ashong

Pour le mois de septembre, nous sommes ravis de vous présenter notre toute première amie ghanéenne du mois de l’EPI. Sheila Nana Akua Ashong est directrice adjointe des ressources naturelles à l’Agence de protection de l’environnement à Accra.


Sheila Nana Akua Ashong dans le parc national de Makgadikgadi Pans, au Botswana.

Où êtes-vous née et où avez-vous grandi, et quand avez-vous commencé à apprécier le monde naturel qui vous entoure ?

Je suis née et j’ai grandi à Korle-Bu, dans la banlieue d’Accra, la capitale du Ghana. Korle-Bu peut se traduire comme la partie inférieure ou la vallée de la lagune de « Korle », située à l’ouest d’Accra et reliée au golfe de Guinée. J’ai passé 25 ans à Korle-Bu, quartier connu pour abriter le premier hôpital universitaire du Ghana, construit à l’époque coloniale sous la direction de Sir Gordon Guggisberg.

Depuis que je suis en âge de raisonner, j’ai toujours eu un lien avec la « féminité » de la lagune, les mythes, les histoires des populations et leurs fêtes et, surtout, l’odeur indescriptible quand le vent soufflait pour annoncer chaque orage bien avant l’arrivée des premières gouttes de pluie.

Cependant, j’ai commencé à apprécier le monde naturel vers l’âge de dix ans. Je me souviens que la plage était à 15-20 minutes à pied et nous n’avons jamais perdu une occasion d’y aller et de ramasser des coquillages tout en profitant de la brise marine. Chaque fois que nous trouvions un coquillage, nous le savourions comme un diamant. J’ai également adoré cueillir des mangues dans les champs voisins avec d’autres écoliers en revenant de l’école.


L’ensemble de votre carrière professionnelle s’est-elle déroulée dans la conservation et la protection de l’environnement ?

Oui ! Dans sa totalité et, en y repensant, je n’aurais pas voulu qu’il en soit autrement. En tant que fille d’infirmière, j’aspirais à être médecin. Fait intéressant, le destin a pris les choses en main et m’a conduit à la conservation. J’ai commencé à travailler avec l’Agence de protection de l’environnement (EPA) dans le cadre du service national juste après mon diplôme. L’EPA est depuis lors mon unique employeur et cette aventure est merveilleuse et colorée. En effet, je donne mon meilleur lorsque j’éduque les communautés locales, en particulier les enfants, sur les raisons pour lesquelles nous devons préserver la Nature et les ressources naturelles. La cerise sur le gâteau est que j’ai eu l’opportunité de collaborer avec des parties prenantes issues de nombreux pays dans le monde entier.

Sheila au parc national de Lochinvar, en Zambie.

Y a-t-il des défenseurs de l’environnement exceptionnels au Ghana et au-delà qui vous ont inspiré au cours de votre carrière ?

Oui, plusieurs. Toutefois, je n’en citerai que deux :

- La professeure Yaa Ntiamoah Badu, une scientifique avec des principes et très impliquée qui a toujours un impact sur le cours de la conservation au Ghana pour guider les jeunes générations. Sous son leadership, plusieurs initiatives ont été entreprises telles que la création et la gestion d’aires protégées, la conservation de la biodiversité, l’action de la société civile et le développement de programmes d’études pour répondre aux besoins nationaux de conservation. Je prie pour avoir un impact sur ma génération et la suivante similaire au sien.

- La Dr Noeline Raondry Rakotoarisoa, de Madagascar, qui est l’actuelle Directrice de la Division des sciences écologiques et de la Terre de l’UNESCO et Secrétaire du Programme sur l’homme et la biosphère (MAB). Noeline est exemplaire dans son sacrifice et ses compétences en gestion des personnes qui ont inspiré le travail de beaucoup d’entre nous, en particulier en Afrique, dans les domaines de l’environnement et du développement durable. Elle contribue à ouvrir de nombreuses portes grâce au renforcement des capacités et au réseautage, qui ont façonné ma carrière, et je l’admire toujours.


Le Ghana n’est pas célèbre pour ses éléphants ou sa faune sauvage en général. Toutefois, dites-nous s’il y a des raisons d’être optimiste quant à la protection de la faune sauvage au Ghana ?

Oui, il y a de nombreuses raisons d’être optimiste. Pour commencer, je pense que nous ne sommes pas célèbres pour les éléphants et la faune sauvage parce que le Ghana possède tellement d’autres ressources naturelles, et donc la faune et les éléphants n’étaient pas fortement commercialisés et considérés comme une source majeure de revenus nationaux. De plus, le tourisme local dans les aires protégées n’était pas très important en raison d’une faible sensibilisation. Cependant, cela a énormément changé au cours de la dernière décennie, car la sensibilisation s’est accrue à la fois localement et mondialement sur les services que la faune sauvage et nos écosystèmes peuvent jouer. Plusieurs réformes juridiques et politiques ont eu lieu, sans parler du réveil qui a accompagné la pandémie de CoVID-19. Aujourd’hui, de plus en plus d’habitants s’impliquent dans ces sites pour en comprendre les problèmes environnementaux, et les sociétés prévoient davantage de plans de retraite et des ateliers pour améliorer la santé et le bien-être des employés. Il existe un engagement national croissant en faveur de la préservation de la Nature, qui se reflète dans la stratégie nationale du tourisme et les plans de gestion et d’activités pour les aires protégées. En fait, le mécénat local et le marketing de la faune comme source de loisirs et de revenus augmentent et cela va continuer. Je suis également certaine que le Ghana rejoindra bientôt l’EPI.

Pouvez-vous partager avec nous vos connaissances au cas où nous aurions la chance de venir vous rendre visite. Quels sont vos sites naturels préférés au Ghana ?

Mes sites favoris sont le suivants :

- Cascades de Kintampo;

- Parc national de Bia, une réserve forestière à la frontière de la Côte d’Ivoire qui comprend le bois sacré d’Apaaso;

- Site de Ramsar Songor, comprenant l’estuaire de la Volta, qui abrite des tortues, des lamantins et des oiseaux migrateurs;

- Mont Afadja, la plus haute montagne du Ghana;

- Parc national de Kyabobo, qui comprend les « Monts du sein », et

- Le parc national de Mole, qui abrite la plus grande population d’éléphants du Ghana, et un mélange de patrimoine culturel et naturel avec une sérénité qui vous donne envie d’en voir plus à chaque fois.